Skip to content

8 Comments

Mazuhn

09.12.2019 at 10:12 pm
Reply
Les visages adorés De notre enfance Marcher d'un pas léger Vers le soleil qui vient En insouciance Et les regarder passer Sur la rivière gelée Faudrait pouvoir jeter Tous les mannequins d'osier Du haut d'un grand pont Comme les poupées cassées Les pierrots abîmés De la mémoire. Faudrait pouvoir rayer Les prénoms murmurés Et les.

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *